Aux Etats-Unis, une entreprise limite le temps de ses employés aux toilettes

À WaterSaver Faucet, on ne rigole pas avec les envies pressantes. En effet, chaque minute passée aux toilettes est comptée. Dans cette entreprise de robinets basée à Chicago (États-Unis), au-delà de 6 minutes par jour, les salariés reçoivent un rappel à l’ordre et s’exposent à des sanctions disciplinaires en cas d’accumulation. Zoom sur une pratique des plus étranges.

Pourquoi limiter le temps aux toilettes ?

Après avoir réalisé quelques calculs, la société s’est rendu compte que les employés perdaient en productivité à cause des aller-retour fréquents aux toilettes. Steve Kersten, PDG de l’entreprise, parle même de « 120 heures par mois », perdu au compte de l’entreprise. Un employé, lui, pointant le fait que les lavabos sont trop utilisés, environ 6 minutes par jour, et en dehors des heures de pauses. L’accord d’entreprise en vigueur prévoit des journées de travail de 7h30, où le salarié ne dispose que de dix minutes le matin, 30 minutes pour le déjeuner, 15 minutes l’après-midi et cinq minutes pour se rafraîchir avant la fin du service. La société a même mis en place un programme d’encouragement visant à limiter ce fameux temps passé aux toilettes en gratifiant de 1 à 20 dollars par mois les salariés qui se rendraient aux toilettes qu’aux heures de pause.

« L’entreprise a installé des pointeuses électroniques afin de mesurer le temps que passent chaque jour les employés aux toilettes. »

Comment ?

Pour pouvoir s’assurer de l’efficacité de ses mesures, l’entreprise a installé des pointeuses électroniques afin de mesurer le temps que passent chaque jour les employés aux toilettes. Déjà 19 employés ont été mis en garde au mois de Juin pour avoir passé plus de 60 minutes aux toilettes en l’espace de 10 jours. Aucun n’a été suspendu ou renvoyé, mais des avertissements ont été reçus.

Et les syndicats ?

Le syndicat Teamsters Local 743 a d’ores et déjà porté plainte. Des piquets de grève ont été plantés devant les locaux de l’entreprise. En France, une affaire similaire s’est produite en 2012. A Bordeaux, le leader de la téléprospection, Téléperformance, avait interdit à ses employés de se lever pour aller aux toilettes, la pause de 30 minutes sur la journée suffisant amplement d’après eux. Après un avertissement des syndicats et des menaces allant même jusqu’à convoquer les prud’hommes, l’entreprise avait levé son interdiction.